Bilan

Abou Ahmed et sa famille ont reçu au total l'équivalent d'environ CHF 1’100, soit 200 000 livres syriennes. 

La moitié environ de cette somme a été utilisée pour rembourser un prêt qu'Abou Ahmed avait contracté pour subvenir aux besoins de sa famille. 

Ensuite, l'équivalent de CHF 220 a servi à payer l'éducation de ses enfants (transports scolaires, livres ...), ce poste de dépense ayant considérablement augmenté depuis le début du conflit. 

Enfin, Abou Ahmed a aidé un proche, amputé durant la guerre, à payer les soins médicaux continus dont il avait besoin. 

Le reste de la somme récoltée a servi à payer le loyer de l'appartement exigu dans lequel vit la famille.