Auteur/autrice : admin

Famille de Malakeh

Nous vous proposons ce mois-ci de venir en aide à une famille syrienne composée de quatre personnes: la mère, Malakeh Souleibeh âgée de 57 ans, le père, Ahmed Tage Al Dine âgé de 55 ans, la fille aînée Farah, mariée, 23 ans et le fils cadet, Mouhamed, 21 ans.

Avant le début du conflit, la famille habitait à Al-Hajar Al-Aswad, ville située à environ quatre kilomètres au sud du centre de Damas, dans le district de Darayya et le gouvernorat de Rif Dimashq, l’une des zones les plus densément peuplées du pays. Après 2011, le quartier dans lequel ils vivaient ayant été entièrement détruit, ils ont dû déménager à Jaramana, quartier situé au sud-est de Damas. Ils ont pu y louer une maison pour un loyer de 250 000 livres syriennes par mois.

Ahmed, le père de la fraterie qui travaillait dans une entreprise de travaux sanitaires, a été contraint d’arrêter son activité car souffrant d’une maladie rhénale. Il a subi deux interventions chirurgicales afin de retirer des calcules rhénaux présents sur chacun de ses deux reins.

La mère, Malakeh, de son côté, souffre d’asthme chronique et a été victime d’une crise cardiaque. Elle a dû subir trois opérations de cathétérisme.

Mouhamed, le fils, a choisi de déserter l’armée syrienne afin de subvenir aux besoins de sa famille grâce à un emploi indépendant. Un jour, il a malheureusement été arrêté à un poste de contrôle militaire et ayant été reconnu, il a été emmené au service militaire sous la contrainte. Diagnostiqué d’un cancer peu après, il a pu être libéré du service obligatoire pour raison de santé. A présent, Mouhamed a besoin de doses de médicaments très coûteuses ainsi que d’imageries et d’analyses en continu.

La mère de famille a fait le choix de quitter la maison familiale pour vivre avec ses frères et sœurs, la situation étant devenue plus que précaire. Quant à Ahmed, le père, il travaille au gré des opportunités qui s’offrent à lui afin de subvenir aux besoins de ses enfants et prendre en charge une partie des traitements de son fils. Malgré tous ses efforts, il peine à rapporter suffisament d’argent pour entretenir sa famille. Mouhamed, enfin, reste à la maison dans l’attente de son traitement, étant désormais trop faible pour travailler.

Famille de Jamal Houssein et Wafa Hindier

La famille que Coup de Pouce vous propose d’aider en ce mois de janvier se compose de Jamal Houssein né en 1977, de son épouse Wafa Hindier née en 1983 et de leurs quatre enfants : Sydra née en 2004, Nour né en 2007, Waeel né 2012 et Sary né en 2016.

Avant que les hostilités n’atteignent cette région proche de Damas la famille de Jamal Houssein vivait dans une maison qui leur appartenait à Ain-al-Fijah où le père travaillait comme serveur dans un restaurant. Après le décès de sa première épouse, Jamal Houssein s’est remarié. La situation était bonne dans le quartier où habitait la famille mais les conditions se sont détériorées et leur habitation a été détruite. Ils ont alors dû fuir et se sont réfugiés à Jdeidet Artouz en 2015.

Dans ce nouveau lieu, la famille loue une maison dont le loyer se monte à 400’000 livres syriennes avec eau et électricité. Le père a loué une voiture et travaille comme chauffeur de taxi. Son revenu fluctue en fonction des clients et de la disponibilité du carburant. Par ailleurs le père et l’un de ses fils souffrent de plusieurs maux qui nécessitent un traitement médical voire une opération.

Dans cette situation, l’aide de Coup de Pouce devrait permettre à cette famille de faire face aux coûts du logement, des soins médicaux ainsi que de faciliter la scolarisation et les études des enfants.

Famille de Ahmed Darwicheh et Nora Younes

La famille que nous vous proposons d’aider en décembre se compose d’Ahmed Darwicheh né en 1962, de son épouse Nora Younes née en 1969 et de leurs trois enfants : Reem née en 1995, Ghousoune née en 2003 et Mouhamed né en 2011.

Jusqu’en 2017, la famille vivait à Aïn al-Fijah une petite ville située à 25 km au nord-ouest de Damas. Lorsque les violentes hostilités ont frappé cette région, la famille d’Ahmed et de Nora qui possédait des terres agricoles et du bétail a été forcée de migrer vers Jdeidet al-Shaibani leurs biens ayant été détruits.

Actuellement Ahmed, le père, travaille comme chauffeur de taxi mais les revenus de cette activité ne dépassent pas 200’000 livres syriennes à cause de de la crise énergétique et de ses répercussions sur le prix du carburant. De son côté, la mère, Nora, travaille comme femme au foyer. Les deux filles aînées ont obtenu un baccalauréat tandis que Mouhammed est en 6ème primaire. De plus, Ghousoune s’est inscrite dans un institut pour étudier la langue anglaise.

Sur le plan de la santé, le père comme la mère se plaignent notamment d’hypertension artérielle et ils ont besoin de médicaments dont le coût se monte à près de la moitié de leur revenu. Par ailleurs, Reem souffre d’une déformation de la colonne vertébrale qui l’empêche de se tenir assise pendant plus d’une heure.

Dans ces conditions, l’aide de Coup de Pouce devrait aider la famille de Nora et Ahmed à faire face aux dépenses relatives à la santé et à couvrir également le loyer de leur logement.

Famille de Claude Cocash et Elias Wakime

La famille que Coup de Pouce vous propose d’aider en novembre se composait initialement du père, Elias Wakime, née en 1960 et de la mère, Claude Cocash née en 1972 ainsi que de leurs deux fils: Barakate né en 2001 et Laiice né en 2003.

Jusqu’en 2012, la famille vivait dans la région d’Ain Tarma dans la banlieue est de Damas. Lorsque la guerre a frappé cet endroit, leur maison a été démolie avec tout ce qu’elle contenait. C’est alors que la famille a dû déménager pour trouver refuge dans le quartier de Baba Touma. Elle y loue un logement contre un loyer de 25’000 Livres syriennes (en 2012).

Le père travaillait dans la vente de produits agricoles, une activité qu’il a dû cesser en raison d’une maladie cardiaque. Par la suite il a connu plusieurs déboires dont un prêt qu’un ami ne lui a pas remboursé. A la suite de ces circonstances malheureuses il a quitté le domicile familial et a divorcé de sa femme.

Désormais privée de revenus, Claude, la mère, a commencé à travailler dans une fabrique de produits laitiers et de jus de fruits pour obtenir un salaire mensuel de 200’000 £s et permettre ainsi à ses deux fils de poursuivre leurs études.

A l’heure qu’il est, Barakate, le fils aîné, étudie l’informatique à l’université et donne des cours particuliers de mathématiques. Son frère, Laiice, étudie également l’informatique à l’université et travaille en donnant des cours de mathématiques.

L’aide de Coup de Pouce permettra aux jeunes de terminer leurs études et par la suite d’être en condition d’aider leur mère.

Famille de Abed Al Ahad Quiorques et Lina Haskour

La famille que Coup de Pouce vous propose d’aider en octobre se compose de Abed Al Ahad Quiorques et de son épouse Lina Haskour ainsi que de leurs trois enfants : Firas né en 1985, Mania et Caria nées en 1989.

Avant le conflit qui a sévi en Syrie, toute la famille vivait à Homs dans une maison qu’elle possédait. Abed, le père, travaillait comme électricien et Lina, la mère, occupait un emploi d’enseignante dans les écoles primaires. En 2012, leur maison a été entièrement détruite au cours des affrontements qui ont ravagé cette région. Une année plus tard Firas, l’aîné des trois enfants, a été kidnappé et la famille n’a plus aucune nouvelle à son sujet.

Après ces événements, la famille a déménagé à Damas et y a loué une maison. Elle a ensuite dû se déplacer d’un lieu d’habitation à un autre en raison des hausses de loyer exigées par les propriétaires. Elle vit actuellement dans un garage dont le loyer excède les rentes d’Abed et de Lina.

A ce jour les parents qui sont à la retraite et dont la santé se dégrade sont confrontés à de grosses dépenses pour se soigner et acheter les médicaments dont ils ont besoin. Mania est avocate et elle est mariée depuis trois ans tandis que Caria poursuit des études de médecine.

Dans ces conditions l’aide de Coup de Pouce sera destinée prioritairement à faire face aux dépenses de santé d’Abed et de Lina ainsi que pour payer le loyer de leur logement.

Famille de Rushdi et Kinaze Al Taire

La famille que Coup de Pouce vous propose d’aider en septembre se compose de Rushdi Al Taire né en 1969 ainsi que de son épouse Kinaze Al Taire née en 1977 et de leurs cinq enfants qui sont : Mahmoud né en 1996, Rawane née en 1997, Sari né en 1998, Razane née en 2006 et Raghad née en 2012.

La famille de Rushdi et Kinaze vivait à Qudsaya, une ville située à 7 km à l’ouest de Damas. La maison privée dans laquelle vivait la famille a été détruite en 2015 au cours des hostilités. Depuis lors, elle est logée dans une maison en location dont le loyer est de 300’000 livres syriennes. Le père travaille dans le dépannage de l’électricité domestique mais les revenus tirés de cette activité restent faibles par rapport aux coûts de la vie.

Mahmoud, l’aîné des cinq enfants, a été kidnappé en 2017. Rawane est mariée et a trois filles alors que Sari a entrepris des études de médecine. Il est en 6ème année de son cursus mais il est atteint d’un cancer qui affecte sa colonne vertébrale et entraîne une paralysie. Enfin, les deux benjamines sont en 10ème et 5ème primaire.

La priorité pour la famille Al Taire est de permettre à Sari de recevoir les soins médicaux dont il a urgemment besoin alors que le système de santé ne donne pas accès dans ce cas à un traitement gratuit.

Famille de Minas Houseine et feu Samer Chehabe

La famille que Coup de Pouce vous propose d’aider en août se compose de la mère Minas Houseine, née en 1988 et de ses trois enfants : Sally Chehabe, née en 2009, Omar Chehabe, né en 2010 et Ali Chehabe, né en 2013.

La famille habite à Damas, dans une chambre qui est propriété de l’Etat, dans le quartier d’Al Moujtahed. Toutefois cette pièce est totalement dépourvue de confort, il y fait trop chaud en été et l’eau coule du toit en hiver. Toute la famille est affectée par des conditions de vie extrêmement précaires.

Le père, Samer Chehabe né en 1980, est décédé il y a une année d’un infarctus du myocarde tandis que la mère, Minas Houseine, souffre d’hypertension et suit un traitement contre une maladie cancéreuse. Les trois enfants âgés de 13, 12 et 9 ans sont scolarisés.

Dans ces conditions l’aide de Coup de Pouce devrait permettre à la famille de Minas de parer aux dépenses de santé ainsi que de pourvoir aux besoins de base.

Famille de feu Ahmad Ataya et Rabeaa Mouhanna

En ce mois de juillet Coup de Pouce vous propose d’aider la famille de feu Ahmad Ataya et Rabeaa Mouhanna. Rabeaa, la mère née en 1985 vivait dans la région d’Aïn al-Fijah avec son époux Ahmad né en 1979 ainsi qu’avec leurs quatre enfants : Safaa et Marwaa toutes deux nées en 2002, Walid né en 2011 et Mouhammad né en 2012.

En 2016, des événements sanglants ont eu lieu à Aïn al-Fijah et la maison qu’habitait la famille d’Ahmad et Rabeaa a été détruite obligeant les membres de la famille à trouver refuge à Damas où ils louent un appartement dans la région de Rukn al-Din. Précédemment, en 2013, le père qui était ouvrier a disparu. En 2017, la famille a appris son décès.

Actuellement Rabeaa est femme au foyer et souffre de plusieurs maladies. Elle a besoin d’une intervention chirurgicale. Ses deux filles poursuivent des études, Safaa tente d’obtenir son bac et Marwaa est en 3ème année à l’Institut des Arts. Les deux garçons, Walid et Mouhammad sont à l’école primaire.

L’aide de Coup de Pouce permettra à Rabeaa de recevoir les soins dont elle a besoin et à la famille de faire face à ses dépenses de première nécessité.

Famille de Saeed Al Fayad et Thuraya Berakdar

La seconde famille que Coup de Pouce vous suggère d’aider se compose de Saeed Al Fayad, le père, né en 1985 et de son épouse, Thuraya Berakdar, née en 1982 ainsi que de leurs deux enfants, Fadi né en 2017 et Sara née en 2021.

Avant la naissance des enfants, Saeed et Thuraya habitaient Daraya, une importante banlieue située au sud-ouest du centre de Damas. Cette zone a été le théâtre de violents affrontements qui ont duré jusqu’en 2016 et se sont achevés par la dévastation complète des immeubles et l’évacuation de leurs habitants. Lors de ces événements, Saeed et Thuraya ont été déplacés vers Jdeidet al-Wadi.

Saeed, le père, est ouvrier du bâtiment mais ses revenus ne permettent pas de faire face aux dépenses, ce qui occasionne des retards dans le paiement du loyer. Par ailleurs Thuraya, la mère, est femme au foyer. Elle souffre d’une maladie nerveuse et elle a besoin de médicaments notamment de vitamines et d’anti-inflammatoires.

Dans ce cas aussi l’aide de Coup de Pouce serait d’un grand secours pour faire face aux dépenses quotidiennes et permettre l’achat de médicaments.

Famille de Mouhammad Al Badawi et Kadijeh Zreik

La première famille que nous vous proposons d’aider en juin se compose de Mouhammad Al Badawi né en 1982, de de son épouse Kadijeh Zreik née en 1992 ainsi que de leurs cinq enfants : Abed Al Karim né en 2010, Kousai né en 2012, Raeed né en 2014, Ginaa née en 2017 et Mouhammad né en 2021.

Le père était un ouvrier avec un petit revenu. Alors que son épouse était enceinte, en 2020, le père a quitté le domicile familial et n’a plus donné de ses nouvelles. La famille habite actuellement dans un logement loué à côté de l’hôpital national de Hama. Kadijeh, la mère, effectue des travaux de couture et réalise également des travaux de nettoyage dans les immeubles. Sa mère qui vit avec elle souffre d’une maladie rénale ainsi que du diabète. Elle a besoin d’un fauteuil roulant pour se déplacer.

L’aide de Coup de Pouce serait destinée aux frais scolaires des enfants, à l’achat de médicaments et à payer le loyer du logement.

Coup de Pouce

info@coupdepouce.info